Actualités


vendredi 9 mars 2012

Rue Cote-Blatin


Histoire des rues d’Aubière

Rue Cote-Blatin

Elle s’appelait autrefois, rue de la Rasette. Une petite rase marquait son milieu et conduisait les eaux pluviales, comme les eaux usées, vers la rue Voltaire qui était systématiquement inondée les jours de pluie.
En 1881, la Municipalité de Michel Roche-Chaduc songe sérieusement à prolonger la rue de la Rasette jusqu’à la rue Nationale. Cela permettrait de faciliter la circulation des eaux par la construction d’un canal vers le bief de la Place de l’Île (aujourd’hui place Jean-Jaurès), d’une part, et celle des voitures, d’autre part.
Plusieurs maisons vont être ainsi achetées, et quelques années plus tard, on envisage la construction d’un « aqueduc d’assainissement », mais on peine à trouver les fonds nécessaires à ces travaux. On fait donc appel aux subventions de la Commission départementale. En février 1899, M. Cote-Blatin, conseiller général, fait une souscription volontaire de 300 francs. D’autres immeubles sont à acquérir et cela retarde les travaux. M. Cote-Blatin, ayant fait à plusieurs reprises des dons soit pour les travaux de la rue de la Rasette soit en faveur des pauvres de la Commune, le Conseil municipal lui propose le patronage de la rue nouvelle qui s’ouvrira désormais jusqu’à la rue Charras. L’offre ayant été acceptée, la rue de la Rasette devient rue Cote-Blatin, le 17 août 1899. Le 2 novembre suivant, M. Cote-Blatin fera à nouveau un don de 1.000 Francs pour le prolongement du canal d’égout de l’ancienne rue de la Rasette.

L’ancienne mairie-école se trouvait dans cette rue contre l’église avant 1868. Le rez-de-chaussée de la maison était occupé par la mairie, l’étage par l’école de garçons (voir le plan ci-dessous).
Il y a de fortes chances pour que cet ensemble soit la Maison commune dont parlait un acte notarié de 1587 : "... la maison commune dudit Aubière, appelée le Saint-Esprit."

Mairie-école en 1868
(Archives communales d'Aubière)
Rue de la Rasette et ses impasses sur le plan cadastral de 1831
(Archives départementales du Puy-de-Dôme)

Trois impasses dans la rue Cote-Blatin : les impasses Cote-Blatin A et B, ainsi que l’impasse Saint-Joseph. Cette dernière conduisait au domicile et à l’étude notariale de Maître Girard, construite contre les remparts au sud du bourg. Au cours de la première moitié du XIXème siècle, ces bâtiments revinrent aux sœurs du Bon Pasteur, dites de Saint-Joseph. Une école pour filles fut ouverte avec un double accès : par la cour côté place des Ramacles, et par l’impasse Saint-Joseph.
Le plan d'alignement de 1867 indique que les impasses A et B portaient alors les noms d'impasse Saint-Paul et d'impasse Saint-Gilles.
Impasse Saint-Joseph
Impasse Saint-Joseph
(Plan cadastral de 1950)


© Cercle Généalogique et Historique d'Aubière


Histoire des rues depuis le début


Crédit Photos : Pierre Bourcheix

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire