Actualités


jeudi 11 décembre 2014

L’irrésistible appel de la mort



Si les familles Baille (ou Bayle) et Mazen font parties de celles que l’on connaît à Aubière depuis le XIVème siècle, elles n’en échappent pas moins aux dures lois de la vie et de la mort. Jacquette Mazen d’abord : veuve deux fois, elle n’a pas cinquante ans lorsqu’elle fait sont testament et trépasse. Sa fille, Michelle Baille, elle, a moins de vingt ans lorsqu’en l’espace de 33 jours, elle doit dicter deux testaments, et succomber dans les jours qui suivent l’inhumation de sa mère !
Les deux étés caniculaires de 1604 et 1605 n’y sont sans doute pour rien ; mais il y a des cas isolés de peste noire, en ce début de XVIIème siècle. L’absence des registres paroissiaux en ces années ne nous le confirmerons pas, mais les prêtres d’Aubière, à notre grand regret, n’ont jamais été prolixes dans ce travail, que l’on peut qualifier d’administratif. Reste qu’il est difficile en ces temps-là d’ignorer longtemps l’irrésistible appel de la mort…

L’ascendance de Jacquette Mazen est des plus succinctes : on ne connaît que son père, Michel Mazen. Rien sur sa mère ; mais on lui connaît un frère, Michel, qui épouse par contrat, le 9 décembre 1586, Martine Bourcheir (1). Quatre jours plus tard, c’est à Jacquette de passer devant le notaire pour son contrat de mariage avec Anthoine Baille. Nous sommes le samedi 13 décembre 1586. Et là, on apprend que la future épouse est veuve d’un certain Estienne Ameil, mort sans doute depuis tout au plus quelques mois, sans avoir laissé de descendance.
L’année 1586 est la première année d’exercice de maître Guillaume Aubeny, premier notaire royal connu à Aubière. Si contrat de mariage il y a eu, entre Estienne Ameil et Jacquette Mazen, il faut le chercher chez un notaire de Clermont ou d’ailleurs. Nos recherches n’ont pas abouti, pour l’instant, mais vous comprendrez que c’est un travail colossal et de longue haleine…
Jacquette Mazen mettra deux filles au monde, entre son mariage et février 1590 : Anna et Michelle Baille. On ne sait pas dans quel ordre (les registres paroissiaux n’apparaissent qu’à partir de 1601 à Aubière). Il n’empêche, elles sont toutes les deux mariées avant 1605. Anna avec Martin Deperes ; Michelle avec Jehan Longchambon.
Il faut dire que le 21 février 1590, Jacquette, veuve d’Anthoine Baille, contracte son troisième mariage, celui-là avec Bonnet Cellerier, fils à feu Guillaume. Le contrat ne dit pas s’il est veuf ou pas. Sont cités : Jehan Martin, marguillier de l’église Saint-Martin d’Aubière ; Jehan Cellerier, frère du futur époux ; Michel Mazen, frère de la future épouse ; et messire Anthoine Constantin, prêtre de ladite paroisse d’Aubière soussigné (2). On ne connaît pas les circonstances ni la date de la mort d’Anthoine Baille.
Bonnet Cellerier et Jacquette Mazen auront un fils, né avant 1600, prénommé Jehan, qui se mariera par contrat à Aubière avec Jehanne Vedel, le 14 janvier 1626 (3).

Testament du 7 octobre 1605 de Michelle Baille
(5 E 44 20 - Archives départementales du Puy-de-Dôme)

A cette époque à Aubière, il n’y avait point de médecin ni de mire, et les seules apothicaires étaient ces femmes qui connaissaient les vertus des plantes. Lorsque ces dernières étaient inefficaces et que sa santé imposait que l’on reste alité, chacun savait reconnaître l’appel de la mort. Le notaire était alors appelé pour rédiger sous la dictée du malade un testament.
C’est ainsi que maître Guillaume Aubeny, le notaire, se présente chez Michelle Baille, la jeune épouse de Jehan Longchambon, en ce vendredi 7 octobre 1605 peu avant midi. Bien sûr, Michelle a remis son âme à Dieu, et elle a demandé que son corps soit mis en terre, sous les dalles de l’église Saint-Martin (la plupart des gens qui ont un peu de bien se font inhumer dans l’église, en ce début de XVIIème siècle à Aubière. Seuls les pauvres sont enterrés dans le cimetière) ; puis, « elle a légué audit [Jehan] Longchambon son mary une maison au quartier de la Quaire, plus un petit pré au terroir de la Saigne, jouxte le pré de Guillaume Noellet et le pré de Jacques Gioux… » Citée : Jacquette Mazen, sa mère. Témoins : Anthoine Aubeny laisné, Estienne Chastanier, Jacmet Ribeyre, Jehan Gioux, Estienne Thévenon, et Hugues Dumolin soussigné (4). Apaisée, elle attend que la mort l’emporte…
Il se trouve que les jours passent et même qu’elle se sente mieux, au point de pouvoir se lever. A l’approche de la Toussaint, Michelle est au chevet de sa mère, Jacquette Mazen, et tente de la soigner de son mieux.

Testament du 31 octobre 1605 de Jacquette Mazen
(5 E 44 20 - Archives départementales du Puy-de-Dôme)

En désespoir de cause, Jacquette Mazen « estant dans son lict, mallade de malladie corporelle, fait son testament. Elle veut être inhumée dans l’esglize d’Aubière au thombeau de ses prédécesseurs. Elle donne et lègue à Bonnet Cellerier son mary la somme de vingt huict livres tournois, une maison située à Aubière, au quartier de la Quaire, jouxte la rue commune d’une part, et l’aize dud. Bonnet Cellerier d’autre ; laquelle portion de maison led. Cellerier avait acquize par permutation de Guillaume Deperes, en échange d’une terre située dans lad. justice au terroir de Mareschalle. […] Donne et lègue aud. Cellerier son mary une vigne de cinq heuvres, située dans la justice d’Aubière au terroir de Mallemouche, jouxte la vigne de Guillaume Dégironde d’une part, la vigne de Jacques Martin d’autre ; plus une terre de cinq quartellées, située dans la justice d’Aubière et au terroir du Cézot, joignant au chemin commun allant d’Aubière à Clermont d’une part, la terre de François Dautour d’autre. […] Elle donne et lègue à la Charité d’Aubière (5) une heuvre de vigne, située dans lad. justice et au terroir de la Font Sainct Martin, jouxte la vigne de Guillaume Dégironde d’une part, et la vigne de Bonnet Chastanier d’autre… ». Citée : « Michelle Baille, femme à Jehan Longchambon, et sa fille naturelle et légitime de feu Anthoine Baille, son premier mary… ». Témoins : Michel Dégironde jeune, Pierre Chassignoles, Jehan Biard, Jehan Fallateuf, Jacques Legay, Martin Deperes, son gendre, et Me Hugues Dumolin soussigné, tous d’Aubière. Nous sommes le lundi 31 octobre 1605 (6). On apprend sa mort dans le second testament de sa fille Michelle Baille.

Testament du 9 novembre 1605 de Michelle Baille
(5 E 44 20 - Archives départementales du Puy-de-Dôme)

En effet, Michelle s’alite à nouveau peu après les fêtes de Toussaint et convoque le notaire, le 9 novembre 1605, pour son second testament. Au début de l’acte, le notaire est très clair : « Michelle Baille, fille à feu Anthoine et de feue Jacquette Mazen, mariée avec Jehan Longchambon ». Jacquette Mazen a donc expiré entre le 31 octobre et le 9 novembre (7). Son époux, Bonnet Cellerier, se remariera deux fois, dès janvier 1606 et en novembre 1614 ; mais c’est une autre histoire…
Michelle Baille lègue à sa sœur, Anna Baille, femme à Martin Deperes, et à Jehan Longchambon son mary. Témoins : Pierre Decors, Estienne Chastanier, Jacmet Gioux, Jehan Fallateuf, Jacques Gioux, fils à feu Guillaume, Ligier Chabosy, et Estienne Bourrand, tous d’Aubière. (8)

C’est dans une transaction du 25 juillet 1606 que l’on apprendra le décès de Michelle Baille et la confirmation de celui de sa mère, même si la notion de temps semble très élastique pour le rédacteur de l’acte. Cette transaction se fait entre Martin Deperes, mari d'Anna Baille, et Jehan Longchambon, mari de feue Michelle Baille. « Pour une vigne située au terroir de la Bade, jouxte la vigne de Guillaume Dégironde d'une part, la chalme vaccante d'autre, et la vigne de Bonnet Chastanier d'autre partie ». Il est aussi question d'une « autre vigne, aussi d'une heuvre, située au terroir de Mallemouche, joignant à la vigne de Michel Dégironde d'une part, la vigne de François Arnaud d'autre, et la vigne d'Anthoine Ramen d'autre ». Cités : « Chatard Vedel, au nom de père et légitime administrateur de ses enfants et de feue Guillauma Chavaignat, sa femme quand vivait, et François Chavaignat, enfant et héritier de feue Marie Ameil leur mère ; lad. Marie héritière de feu Estienne Ameil son frère, d'une part ; Anna Baille, femme à Martin Deperes, feue Michelle Baille sa sœur, femme à Jehan Longchambon, et feue Jacquette Mazen leur mère, décédées depuis six ou sept mois, d'autre part ». Témoins : Jehan Pyronnet soussigné, et Michel Dégironde jeune dudit Aubière. (9)

Notes :
(1) – Contrat de mariage passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 1 – Archives départementales du Puy-de-Dôme.
(2) – Contrat de mariage passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 5 – Archives départementales du Puy-de-Dôme. Messire Anthoine Constantin n’est pas le curé d’Aubière, mais fait partie de la communauté des prêtres aubiérois en tant que « communaliste ». Vous lirez avec intérêt les articles dont voici les liens : La paroisse Saint-Martin d’Aubière ; Le curé et les consuls ; Donation pour un prêtre filleul.
(3) – Contrat de mariage passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 41 – Archives départementales du Puy-de-Dôme.
(4) – Testament passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 20 – Archives départementales du Puy-de-Dôme.
(5) – La Charité d’Aubière : c’est une des confréries d’Aubière dont la mission est de secourir les pauvres. Il en existe une dizaine à Aubière à cette époque ; elles vivent des revenus des biens qu’on leur lègue et des autres dons qu’elles reçoivent.
(6) – Testament passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 20 – Archives départementales du Puy-de-Dôme. Il existe deux documents pour ce testament dont le premier (date illisible) découvert dans l'acquisition de Pierre Disseranges, tixerand, par son frère François Disseranges, en date du 1er mars 1605.
(7) – Lacune dans les Registres paroissiaux : l’année 1605 n’existe pas.
(8) – Testament passé devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 20 – Archives départementales du Puy-de-Dôme. Michelle Baille est morte sans descendance.
(9) – Transaction passée devant Me Guillaume Aubeny, notaire royal à Aubière, 5 E 44 21 – Archives départementales du Puy-de-Dôme. Un acte où l’on retrouve toute la parentèle de feue Jacquette Mazen : son premier époux, Estienne Ameil ; François Chavaignat, son neveu, fils de sa belle-sœur, Marie Ameil, et époux de Marguerite Cellerier, sa nièce, fille du frère de son troisième époux Bonnet Cellerier ; et, bien sûr, ses gendres : Martin Deperes et Jehan Longchambon. Parmi eux, ai-je des ancêtres ? Oui : d’abord le couple Anthoine Baille (Sosa n°8666) et Jacquette Mazen (Sosa n°8667) ; leur fille Anna et son mari Martin Deperes ; Jehan Cellerier (Sosa n°4678) ; son épouse, Marie Aubeny ; leur fille, Marguerite Cellerier et son époux, François Chavaignat…

Cercle généalogique et historique d’Aubière (Pierre Bourcheix)


mardi 9 décembre 2014

Rue du 8-Mai



Histoire des rues d’Aubière

Rue du 8-Mai


La rue du 8-Mai prolonge la rue Saint-Vincent, traverse la rue Casati pour aboutir à la rue Roger-Astier. Elle transperce ainsi du sud au nord le quartier des Cités Michelin, tout comme la rue Marcel-Michelin.

Il s’agit, bien sûr, du 8 mai 1945, jour de l’Armistice de la Guerre 1939-1945.

© Cercle Généalogique et Historique d'Aubière

Rue précédente   <>   Rue suivante